Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAMBOUILLET RENOUVEAU

Le blog des élus de la liste "Rambouillet Renouveau". Directeur de la publication : Jean-Luc Trotignon, Président du groupe d'élus au Conseil municipal, Conseiller municipal et Conseiller de la Communauté d'agglomération "Rambouillet Territoires"

PRINCIPALES INTERVENTIONS AU CONSEIL MUNICIPAL DU 23/04/09

FINANCES

 

- GESTION DE LA DETTE

 

« Monsieur le Maire, nous voyons bien sûr l’intérêt qui est recherché par cette délibération pour les finances de la ville. Se passer d’intermédiaires permet d’éviter les diverses commissions.

 

Cependant, n’y a-t-il là aucun risque pour la ville ? Car lorsqu’il y a un intermédiaire et que les choses se passent mal, on peut se retourner contre lui, en lui reprochant de ne pas avoir utilisé à bon escient son devoir de conseil.

 

D’autre part, on a le sentiment avec cette délibération permettant à la ville d’intervenir directement en salle des marchés, que la municipalité va zapper, pour la gestion de sa dette, de produits financiers en produits financiers, mettant ainsi elle-même de l’eau au moulin de l’instabilité financière actuelle, qui est pourtant ce que vous présentez comme raison de base pour cette délibération.

 

En effet, au moment où le pays a absolument besoin de retrouver une certaine stabilité financière, vous risquez vous-même d’alimenter, avec ces mesures, ce que vous regrettez dans le considérant, à savoir : « le contexte très volatile des marchés financiers depuis la crise des subprimes ».

 

Bref, on a un peu le sentiment que la ville met là un doigt dans l’engrenage du « boursicotage », boursicotage qui, à nos yeux, ne serait fondamentalement pas son rôle.

 

S’il est clair que vous faites passer là en priorité l’intérêt particulier des finances de la ville, nous ne sommes pas convaincus qu’avec la crise que nous connaissons et le besoin de stabilité des marchés, au niveau national et international, le jonglage direct et très actif entre produits financiers, que permet cette délibération, doive être la priorité actuelle d’un service public. »

 

 

 

URBANISME

 

- Intermarché

 

« Monsieur le Maire, concernant la reconstruction d’Intermarché sur un site attenant, vous nous annoncez que le groupe Intermarché garantit une compensation paysagère : un espace paysager stratégique, en contrepartie de la disparition d’un espace réservé paysager et ludique.

 

En effet, sur ce terrain, les enfants et adolescents du quartier peuvent notamment, entre autre, y pratiquer librement des jeux de ballon. Nous demandons donc à ce que, dans le projet, le groupe Intermarché s’engage à recréer également un espace ludique, qui pourrait par exemple prendre la forme d’une aire de jeux multisports. »

 (Nous avons également posé une question orale en fin de conseil au sujet de l'amiante découverte dans le bâtiment actuel)

 

 

AFFAIRES CULTURELLES

 

- Festival 2009 :

 

« Monsieur le Maire, pour l’organisation de ce festival 2009, vous avez fait appel à l’agence « OPEN » de Monsieur Reux, précédent directeur culturel de la ville, qui a notamment pris en charge la programmation artistique.

 

La rémunération de cette agence a été de 17 000 euros hors taxe. Or Monsieur Reux a été celui qui a mis en place ce Festival au sein de la Mairie de Rambouillet, et qui l’a fait prospérer avec les équipes du service public de la ville. Et dès le premier Festival où il n’appartient plus à ce service public, il en profite financièrement par le biais de son entreprise privée, sans qu’il n’y ait eu de mise en concurrence.

 

Sans remettre nullement en cause les qualités professionnelles de Monsieur Reux, cette situation ne s’apparente-t-elle pas à ce qu’on appelle du « pantouflage » ?

 

En tout état de cause, même si elle est légale, cette situation nous paraît moralement discutable, et éthiquement contestable.

 

Pour quelles raisons, par ailleurs, la direction culturelle de la ville de Rambouillet ne serait-elle pas en mesure, pour un prochain festival, de gérer elle-même la programmation ? »

 

(RÉPONSE DU MAIRE)

 

M. Trotignon indique que ce n’est pas parce que cette décision a été soumis au contrôle de la légalité que cela empêche un certain favoritisme.

 

 

 

CESSION MATÉRIEL INFORMATIQUE USAGÉ

 

M. Trotignon rappelle que la délibération proposée indique précisément qu’il s’agit d’adopter « la mise à jour des tarifs et du règlement de cession du matériel informatique aux agents communaux joint à la présente délibération ». Or aucun document n’a été joint à cette délibération. En conséquence, le groupe « Rambouillet Renouveau » ne prendra pas part au vote.

 

 

 

COMMUNICATION SUR LA COMMUNICATION

 

« Monsieur Larcher, nous regrettons que vous ayez trop souvent des tympans sélectifs, en ce qui concerne les propositions de la minorité municipale.

 

En effet, lorsqu’à notre Conseil municipal de juin dernier, je vous ai demandé, par une « question orale », de mettre en place une rubrique de covoiturage au service de nos concitoyens, sur le site de la Mairie, vous avez refusé cette proposition.

 

Si vous reconnaissez maintenant que cette mesure est d’intérêt général et d’intérêt environnemental, il y a eu inutilement 10 mois de perdus.

 

Mais nous souhaitons pleinement la réussite de ce nouveau service sur le site de la Mairie.

 

Je conclus en disant qu’il n’y a pas que l’utilisation d’une voiture qui peut être partagée dans l’intérêt commun, il y a aussi la conduite d’une ville, où l’écoute des uns et des autres pourrait être mieux utilisée dans l’intérêt commun. »

 

(EXPLICATION COMPLÉMENTAIRE DU MAIRE SUR LE COVOITURAGE)

 

M. Trotignon demande également à ce que l’information de ce nouveau service sur le site de la Mairie soit affiché en permanence dans les auto-écoles de la ville.


- De plus, le Maire ayant fait part de la mise en place du service des passeports biométriques en Mairie, qui nécessitera un temps beaucoup plus long sur place pour les particuliers qu'au préalable (40 mn annoncées), nous avons demandé si une augmentation des heures d'ouverture de ce service était envisagée (réponse : pour l'instant non, un bilan sera fait après quelques mois de pratique).


- NOS QUESTIONS ORALES ont porté sur :

- le niveau d'amiante découvert dans le bâtiment d'Intermarché

- les problèmes générés en mars pour de nombreux rambolitains par la visite présidentielle, le salon de la chasse et l'organisation de plusieurs autres manifestations publiques importantes

- le sondage de près de 600 rambolitains par "Opinion way" à la demande de la Mairie, où des questions sur les orientations politiques des citoyens ont été posées 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Chocolboat 27/06/2009 15:30

Bonjour Monsieur Trotignon.
lors du conseil municipal du 23 avril 2009, vous êtes intervenu, dans le cadre de la modification du POS concernant le projet de reconstruction d'Intermarché, sur la suppression d'un espace réservé de 5000 m2 à vocation ludique et paysagère.
Une enquête publique est en cours. Pensez vous prolonger votre intervention orale, par la dépose d'un manifeste dans le registre public de cette enquête ?
Avec mes remerciements,

Bertrand Bouyet 29/06/2009 15:22


Merci pour votre message, vous trouverez ci-dessous le résumé de mon intervention et la réponse qui y a été donnée en Conseil municipal (extrait du P.V.) :

Monsieur TROTIGNON s’adresse à Monsieur LARCHER : « Monsieur le Maire, concernant la reconstruction d’Intermarché sur un site attenant, vous nous annoncez que le groupe
Intermarché garantit une compensation paysagère : un espace paysager stratégique, en contrepartie de la disparition d’un espace réservé paysager et ludique. En effet, sur ce
terrain, les enfants et adolescents du quartier peuvent notamment, entre autre, y pratiquer librement des jeux de ballon. Nous demandons donc à ce que, dans le projet, le
groupe Intermarché s’engage à recréer également un espace ludique, qui pourrait par exemple prendre la forme d’une aire de jeux multisports. »
Monsieur POISSON entend ce que dit Monsieur TROTIGNON mais lui rappelle que s’il y a quelques jeunes, ce n’est toutefois pas la partie la plus fréquentée de la Clairière. Il propose de
transmettre la proposition pour laquelle il n’a aucune objection à la direction d’INTERMARCHE et d’aborder le sujet avec les riverains. Par ailleurs, le programme sera revu en
commission d’urbanisme. 

Nous n'avons a priori pas de raison de mettre en doute la parole de M. Poisson, 1er adjoint en charge de l'Urbanisme, qui s'est engagé au Conseil à transmettre notre demande au groupe
Intermarché, tout comme M. Larcher. Nous suivrons ce dossier à l'intérieur de la Commission Urbanisme dont je fais partie. Mais il est évident que si notre demande n'était pas suivie d'effet, au
niveau de la garantie de retrouver cet espace ludique dans le nouvel aménagement (les espaces verts sont, eux, garantis), nous ne voterions pas pour cette révision partielle du P.O.S./P.L.U.

Bien cordialement.



Jean-Luc TROTIGNON 



ami hanté 15/05/2009 23:19

Bonsoir, je constate avec effroi, qu'une fois de plus aucune demande n'est effectuée par la mairie lors de la démolition ou rénovation de locaux de plus de 10 ans et qui peuvent contenir de l'amiante !!! Je trouve anormal que les élus se désintéressent de ce sujet, surtout lorsqu'ils sont fortement impliqués dans les services de santé de la ville.
Bien à vous
Ami Hanté

Bertrand Bouyet 19/05/2009 12:18


Merci pour votre message. Le Maire n'a pas souhaité nous répondre quant au niveau d'amiante découvert à Intermarché, il nous a indiqué que nous devions nous adresser à la DASS pour cela, et que la
DASS avait bien garanti que le problème n'était pas nuisible pour le public pour l'instant, bref qu'elle avait les choses bien en main. Pourtant, ce qui pourrait rassurer le plus ceux qui seraient
inquiets, c'est une communication la plus transparente qui soit, en donnant publiquement les chiffres correspondants.