Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAMBOUILLET RENOUVEAU

Le blog des élus de la liste "Rambouillet Renouveau". Directeur de la publication : Jean-Luc Trotignon, Président du groupe d'élus au Conseil municipal, Conseiller municipal et Conseiller de la Communauté d'agglomération "Rambouillet Territoires"

RÉACTION AU MOUVEMENT LYCÉEN (au 16/04/08)

(par Jean-Luc TROTIGNON, Président du groupe d'opposition municipale RAMBOUILLET RENOUVEAU,
également Parent d’élèves délégué de 1ère au lycée Bascan de Rambouillet)



    Au-delà des désagréments momentanés que peut amener ce type de mouvement pour certains, il faut bien lire le réel problème de fond que nous renvoient les lycéens avec pertinence.
    Car d’années en années, plus ou moins insidieusement, on rogne régulièrement sur les dotations horaires et la qualité de l’enseignement. Pour le lycée Bascan par exemple, on nous dit qu’il n’y aura l’an prochain « que » 9 postes d’enseignants supprimés, ainsi qu’un Conseiller Principal d’Education. Mais l’une des conséquences directes de ces suppressions, c’est qu’il est prévu par exemple, pour les élèves de seconde générale, 16 classes sur 17 qui auront un effectif de 35 élèves (alors que le Ministre de l’Education annonce une moyenne nationale de 28 élèves par classe…). Qui peut oser dire qu’avec des classes ainsi chargées, on va améliorer la qualité de l’enseignement ?
Une autre conséquence sera de diminuer les possibilités de remplacement des professeurs, alors qu’on sait déjà que ce système de remplacement n’est pas toujours des plus performants… Enfin il faudra augmenter le recours aux heures supplémentaires pour les professeurs. Certains d’entre eux peuvent être tentés par ce « travailler plus pour gagner plus ». Mais de toute façon, ils "travailleront plus" puisqu'ils auront "gagné plus" d'élèves dans leurs classes. Signalons au passage qu’avec la nette baisse actuelle du pouvoir d’achat, il s’agira bientôt en fait de « travailler plus pour acheter moins »…
    Et qu’en sera-t-il l’année suivante, où l’on nous prévient déjà qu’il y aura encore plus de postes supprimés au niveau national, avec le non-remplacement d’un départ en retraite sur deux ? L’avenir qu’on annonce aux lycéens, à leurs parents et à leurs professeurs, avec ce grignotage méthodique de la puissance éducative de l’enseignement public, ce sont d’ici quelques années des classes à 40 élèves pour norme.
    Je n’ose imaginer où l’on en sera lorsque le dernier de mes enfants, encore en maternelle, rentrera au lycée. Car si l’on continue dans cette logique gouvernementale, « l’Education Nationale », c’est-à-dire offerte à tous par la République, ne sera peut-être plus qu’une leçon d’Histoire. Il ne restera qu’un « Enseignement public d’Etat », pour ceux qui ne pourront avoir accès à un enseignement privé, qui leur garantira des classes non surchargées et les moyens réels d’un enseignement de qualité.
    La nette augmentation, constatée ces dernières années, du recours à des entreprises privées de cours de soutien, les « petits cours », est déjà un signal qui donne à réfléchir quant à une baisse globale de qualité de l’Education Nationale, et quant à la direction prise vers une éducation à 2 vitesses pour nos enfants.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

VIDALAIN 18/04/2008 00:01

Bonsoir,
Vous avez tout à fait raison et la pétition de principe du gouvernement qu'il faut de moins en moins de personnel n'est qu'une façon avouée de dégrader le service public volontairement au profit du juteux privé.

Par ailleurs, très modestement,je vous encourage à aborder des thèmes nationaux importants, à côté des préoccupations locales.