Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAMBOUILLET RENOUVEAU

Le blog des élus de la liste "Rambouillet Renouveau". Directeur de la publication : Jean-Luc Trotignon, Président du groupe d'élus au Conseil municipal, Conseiller municipal et Conseiller de la Communauté d'agglomération "Rambouillet Territoires"

NOTRE PROJET MUNICIPAL POUR RAMBOUILLET 2008-2014 (version complète)



LE PROJET DE « RAMBOUILLET RENOUVEAU »

Liste ouverte soutenue par le P.S., les Verts, le M.R.C., le P.R.G. et les "Amis d'anticor"


(mis à jour au 12/12/07)


    Entamé en 2001, le mandat municipal qui s’achève a été marqué, outre le scandale du SICTOM qui a vu Gérard Larcher imposer aux contribuables rambolitains le remboursement de plusieurs millions d’euros « évaporés » sous la gestion de l’un de ses principaux collaborateurs, par une volonté de notre Maire de faire de Rambouillet une vitrine séduisante pour attirer de nouvelles entreprises, leurs cadres et leurs employés.


    On peut citer à cet effet :

- le projet de la vaste zone d’activités de « Bel air - La forêt » sur le territoire de Gazeran, avec la communauté de communes

- l’imminence de la construction de 3 salles de théâtre en centre-ville

- l’ouverture d’un hôtel de prestige sur la place de l'Hôtel-de-ville grâce à un financement municipal : « Le Relays du château », bientôt accompagné d’un restaurant de même niveau à côté

- l’ouverture prévue en 2008 d’un parcours de golf privé à l’hippodrome (que la ville n’a pas souhaité maîtriser, ce qui aurait permis d’en modérer les tarifs)

- la multiplication de nouvelles constructions sur le territoire de la commune, d’une façon pas toujours correctement maîtrisée, comme on peut le voir actuellement avec le lotissement de La Villeneuve (dont les nouveaux habitants viennent seulement de découvrir que le Maire a prévu de faire passer 6 000 véhicules par jour au bout de leurs jardins, sur le futur contournement de la N10).


    Ces projets d’embellissement de la « vitrine d’accueil » de la cité ont bien sûr un coût important pour tous les rambolitains.

Puisque le projet des 3 salles de théâtre engage tous les contribuables de la ville sur 26 ans à une hauteur minimum de 31 millions d’euros (205 millions de francs). Si le principe d’un pôle culturel a un intérêt, on peut cependant s’interroger sur le fait que son enquête de faisabilité n’ait pas été rendue publique par le Maire, en réponse aux nombreuses voix qui se sont élevées pour dénoncer un projet trop « pharaonique » pour la ville. Quant au niveau du sérieux de sa conception globale, on peut par exemple s’étonner que seules soient prévues 59 places de parking (qui seront principalement occupées par les équipes artistiques), alors que ce Pôle est prévu pour accueillir certains soirs plus de 1 500 spectateurs. C’est la garantie assurée d’avoir ces soirs-là, pour les riverains, tout le centre-ville surchargé d'encombrements et d’une multitude de véhicules plus ou moins bien garés.
Par contre, le fait que nous soyons tous endettés par la volonté de Gérard Larcher, à hauteur de près de 8 millions d’euros (52 millions de francs) à rembourser sur 30 ans, pour l’ouverture d’un hôtel de prestige en centre-ville, est plus que contestable pour une affaire qui aurait dû ne concerner que le domaine du privé. Ce type de choix est très révélateur chez Gérard Larcher de sa conception de l’intérêt public, dont le Maire se doit pourtant d’être le garant sur la commune. Sa volonté d’en avoir fait une priorité municipale est source d’inquiétude pour de nombreux contribuables rambolitains, si Gérard Larcher était amené à accomplir un 5ème mandat.

    Car en effet :

- dans le même temps, les enfants rambolitains ont dû se contenter de la vétusté de bâtiments pré-fabriqués mis en place il y a plusieurs décennies :
        - au Centre de loisirs des 6-12 ans du Château d’eau
            (ouvert en 1962 et qui doit servir encore au minimum 5 ans…)
        - à l’école Dreyfus du quartier de Groussay
        - à la Maison de quartier du Louvinet
        - à la garderie de l’école Saint-Hubert
        - dans 2 classes de l’école de La Louvière

- dans le même temps, quelles que soient les annonces faites sur l’accessibilité depuis 25 ans que Gérard Larcher est à la Mairie de Rambouillet, l’inégalité reste de mise pour nos concitoyens handicapés à l’Hôtel-de-ville où ils n’ont toujours pas accès à la salle du Conseil municipal et salle des mariages, et ils n’ont toujours pas droit à des toilettes en centre-ville

- dans le même temps, l’augmentation du coût de la vie à Rambouillet, des logements, de l’eau (1, 24 € de plus le m3 que la moyenne nationale, soit 42, 5 % de plus), des transports (1, 50 € le ticket d’un trajet en ville), de la part municipale des impôts locaux (autour de 30 % d'augmentation en moyenne depuis 2001 alors que l’inflation n’a été que de 13 %), de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (de 110 % depuis 2001 pour un service moindre qu'auparavant)… poussent certains rambolitains à quitter la ville

- dans le même temps, plusieurs vestiaires sportifs de la ville sont dans un état d’ancienneté qui est extrêmement loin du prestigieux et dont il faudra se contenter au moins jusqu’à 2010, et un engorgement de certains équipements est devenu problématique (exemple de la piscine)

- dans le même temps, dans les immeubles de logements sociaux mis en place par Jacqueline Thome-Patenôtre (Maire de 1947 à 1983), nombre de travaux de remise en état sont réalisés dans des délais très insatisfaisants, même si curieusement, divers programmes de réhabilitation fleurissent à l'approche des élections...

- dans le même temps, le très intéressant projet de complexe de plusieurs salles de cinéma rue De Gaulle promis par la municipalité à la population, qui devait dynamiser la principale rue du centre-ville et ses commerces, a été malheureusement abandonné

- enfin dans le même temps, le sens de la solidarité de la municipalité laisse parfois perplexe lorsqu’on voit que les enfants de la cantine, qui tombent malade à l’école le matin, se font impérativement facturer leur repas même s’ils ont dû rentrer chez eux d’urgence auparavant.



C’EST POURQUOI NOUS PENSONS QU’APRÈS UNE PÉRIODE DE PRIORITÉS DONNÉES
AUX DÉPENSES « DE FAÇADE », susceptibles d’attirer de futurs rambolitains,

IL EST URGENT QUE RAMBOUILLET REVIENNE À SES FONDAMENTAUX,
C’EST-À-DIRE À REDONNER LA PRIORITÉ À SA POPULATION RÉELLE, EN ÉTANT MIEUX À L’ÉCOUTE
de ses familles, de ses enfants, de ses anciens, de ses actifs comme de ses non-actifs.


Pour ce faire, le Projet municipal de « RAMBOUILLET RENOUVEAU » pour 2008 à 2014
propose aux rambolitains :




PLUS DE DÉMOCRATIE

            DANS UNE VILLE PLUS SOLIDAIRE,

 
          PLUS RESPONSABLE DE SON ENVIRONNEMENT,

                       ET PLUS DYNAMIQUE !
 







PLUS DE DÉMOCRATIE, C’EST :



- Cesser de pratiquer une « démocratie de quartier » où les citoyens n’ont aucun poids - si ce n’est celui d’exprimer leurs doléances -, où le choix des conseillers de quartier ne résulte que des choix personnels du Maire comme c'est le cas actuellement.

    C’est redonner du pouvoir aux citoyens en dehors des seules périodes d’élection !

    C’est pratiquer une démocratie réelle en permettant aux habitants de la commune d’élire eux-mêmes leurs conseillers de quartier, tous les 2 ans (dans un type d’élection plus simple encore qu’une élection de parents d’élève).

    C’est permettre aux Conseils de quartier de bénéficier d’un budget participatif prélevé sur le budget d’investissement de la commune, afin que les habitants puissent eux-mêmes choisir démocratiquement l’installation ou la modernisation d’un équipement dans leur quartier, qui peut avoir trait aux loisirs, à l’environnement, à la sécurité, au mieux-vivre ensemble…

    C’est encore, par exemple, permettre aux habitants de choisir par le vote, en concertation avec la Mairie, le nom des nouvelles rues de leurs quartiers.


- Plus de démocratie, c’est ne pas hésiter à utiliser le référendum local pour les choix cruciaux concernant l’avenir de la ville, comme Gérard Larcher aurait dû le faire pour l’entrée de Rambouillet dans la communauté de communes, ou encore pour la décision de construire le grand pôle culturel du centre-ville. Entre autre, recourir au référendum local pour tout projet non indispensable d’un coût supérieur à 10 millions d’euros, par exemple, pourrait être une règle à se fixer pour un meilleur partage des responsabilités avec tous les rambolitains.


- Plus de démocratie, c’est permettre aux parents usagers des crèches et des Centres de loisirs de désigner des parents les représentant, auprès de la direction de ces établissements, ce qui n’existe pas actuellement.


- Plus de démocratie, c’est créer un Conseil municipal des jeunes de 12 à 16 ans, élus par l’ensemble des collégiens rambolitains dans une démarche constructive d’éducation à la citoyenneté, comme cela se pratique déjà à Lyon, Perpignan, Louveciennes, Montigny… Encadré par un élu et par un animateur, ce Conseil municipal des jeunes forgera tout un travail de propositions, dont l’application devra être sincèrement examinée par la municipalité.


- Plus de démocratie, c’est une représentation proportionnelle de nos conseillers municipaux à la communauté de communes (dont les décisions deviennent de plus en plus fondamentales pour les rambolitains), contrairement à la pratique abusive de Gérard Larcher, qui a refusé de désigner ne serait-ce qu’un seul conseiller municipal d’opposition sur les 7 qui siègent au Conseil de la communauté de communes.
Ce Conseil de la C.C.P.F.Y. étant composé proportionnellement avec les élus des différentes communes, cette logique devrait être respectée. Cette attitude de Gérard Larcher nous apparaît comme un abus de pouvoir. Cela signifie que tous ceux qui n’ont pas voté pour lui, aux dernières élections municipales, n’ont pas le droit d’être représentés par leurs élus au sein de ce Conseil, bien que ces derniers représentent pourtant 17 % de la totalité de la population de la communauté de communes.
    Tenter d’éloigner ainsi l'intercommunalité du suffrage universel direct nuit à une saine démocratie. Nous nous engageons, de notre côté, à ne pas employer ce genre de pratiques d’un autre âge.


- Plus de démocratie, c’est plus de transparence pour être sûr d’éviter les passe-droits. Par exemple, face à l’opacité des attributions de places en crèche, une liste avec ordre d’arrivée des demandes des parents sera établie et consultable par tous les demandeurs.
De même, au moins un membre de l'opposition devra faire partie de la  commission qui attribue les logements HLM.



- Enfin plus de démocratie, c’est refuser d’être un Maire omnipotent qui tire toutes les ficelles, et c’est fonctionner réellement en équipe.

A cette fin, et pour vous proposer une Mairie plus proche de vous, Rambouillet sera divisé en 3 secteurs, qui auront chacun leur Maire-adjoint en charge du secteur, avec leur permanence sur place.


    Rambouillet étant traversé par le X que forme le croisement de la N10 et de la voie ferrée (voir plan), il s’agira :

- du Secteur Ouest à l’ouest de la voie ferrée (centre ancien, Mairie, Hôpital, Groussay, Grenonvilliers)

- du Secteur Central entre la voie ferrée et la N10 (de la Louvière à la zone d’activités du Bel Air en passant par Saint-Hubert et le Racinay)

- du Secteur Est à l’est de la N10 (du Pâtis à l’hippodrome en passant par la Clairière)


undefined

     De plus, afin d’être encore plus proche de vous, de mieux servir les personnes jeunes ou âgées à mobilité réduite, d’éviter de nombreux trajets en véhicule avec leur lot de pollution et de chargement du trafic, la ville s’équipera d’un véhicule de type bibliobus, qui deviendra une Mairie annexe mobile, permettant à chacun des 3 Maires-adjoint de secteur d’aller régulièrement effectuer des permanences au coeur des différents quartiers de son secteur.

Ils y recevront les habitants désirant les voir, et cette « Mairie mobile » mettra à disposition du public un
cahier de remarques permanent à destination du Maire.

Un certain nombre de démarches simples devront pouvoir y être effectuées sur place.
Par exemple, les règlements par chèque des garderies, cantines, R.A.J., etc… pourront y être déposés et, dans la mesure du possible, les enquêtes publiques devront pouvoir y être consultables, tout comme les comptes-rendus des derniers Conseil municipaux.
 






UNE VILLE PLUS SOLIDAIRE, C’EST :



- Une ville plus solidaire, c’est une ville qui conçoit les aménagements nécessaires aux personnes à mobilité réduite comme une véritable priorité :

- C’est une ville qui, quand la loi exige que tout citoyen puisse assister au Conseil municipal, n’attend pas 25 ans avant de rendre accessible la salle du Conseil et des mariages aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant.
L’égalité ne doit pas uniquement être réservée aux frontons des mairies, elle doit aussi être respectée à l’intérieur !

- C’est une ville qui propose au minimum une installation de toilettes publiques « handicapés » en centre ville, qui agit avec plus de vigueur pour les problèmes d’accessibilité à la Poste, à la gare S.N.C.F….

- Et c’est enfin une ville qui prévoit ses aménagements pour que ses citoyens handicapés puissent les utiliser de façon autonome, sans être forcément accompagnés (contrairement par exemple à la façon dont avaient été conçus les petits box d’accueil administratif à l’hôpital rénové, véritables « pièges » à fauteuil roulant).

De même, la réception des personnes âgées dans le bureau d’action sociale des aides à domicile, en haut d’un escalier en colimaçon, comme cela a été fait lors du récent transfert de ces aides de la ville à la communauté de communes, est une aberration à ne jamais reproduire.


- Une ville plus solidaire, c’est une ville qui agit concrètement, avec une volonté réelle, face au problème du coût du logement :

 
      Si Rambouillet est une ville qui comprend 29 % de logements sociaux, il faut savoir que cela est dû à Madame Jacqueline Thôme-Patenôtre, l’une des premières femmes Maire de France de 1947 à 1983, qui a fait construire plus de 1 250 logements H.L.M. de 1961 à 1982. Selon le tableau des H.L.M. fourni par la Mairie, depuis 25 ans
Gérard Larcher, lui, compte tenu des démolitions, n’a amené à la commune qu’une moyenne de 5 logements H.L.M. supplémentaires par an. C’est très peu pour apporter une juste solidarité à la résolution de la crise nationale du logement, surtout dans une ville qui a eu Madame Boutin, notre Ministre du Logement, pour Maire-adjoint pendant 18 ans… Et c’est ce qui explique qu’il y ait en moyenne dans les 3 ans d’attente pour ceux qui réussissent à obtenir un tel logement à Rambouillet.
    Nous demanderons désormais à ce que les nouveaux programmes immobiliers à Rambouillet comportent les minima requis par la loi S.R.U., soit 20 % de logements sociaux par programme (et non sur la globalité de la ville), ainsi qu’au minimum 10 % de logements intermédiaires permettant aux jeunes de s’installer plus facilement. Ce, contrairement à ce qu’a prévu la municipalité actuelle pour le programme immobilier de la « Sablière » qui sera prochainement construit sur l’emplacement des services techniques de la ville.
    Nous notons bien qu’à quelques mois des élections municipales, fleurissent un certain nombre de travaux de réhabilitation dans les logements sociaux de la ville… Mais nous ne sommes pas dupes : à l’exemple du changement des huisseries des appartements de Grenonvilliers, ou des 170 changements de porte d’appartement du square Kennedy à la Louvière, ce sont des travaux qui auraient déjà dû être réalisés depuis longtemps.
    Enfin nous avions proposé dans ce Projet municipal publié en ligne le 12/11/07, de mettre en place un service d’aide à la caution pour ceux qui en auraient besoin à Rambouillet. Or 3 semaines plus tard, le Président de la République déclarait, sur TF1, qu’il voulait supprimer de façon imminente la  caution demandée aux locataires par une mutualisation publique.
    Malheureusement, cet effet d’annonce ne se traduira que par une demi-mesure, avec des cautions passant de deux mois de loyer à un seul. Et même si cette somme pourra être financée par un prêt à taux zéro, les locataires auront tout de même à la régler. C’est pourquoi nous maintenons notre proposition, qui complètera ces avancées.




- Une ville plus solidaire, c’est une ville qui propose plus de soutien à ceux qui en ont besoin :

- Un écrivain public moderne sera mis à disposition des rambolitains qui en auront besoin pour des problèmes de mal-lettrisme, de langue, ou de maîtrise de la main, afin de leur permettre de remplir leurs formulaires, de rédiger leurs C.V., lettres de motivation, demandes d’emploi ou tout simplement courrier.
    Sa modernité résidera dans le fait qu’il devra également pouvoir aider les personnes ne sachant pas ou trop peu utiliser internet, à s’en servir pour communiquer avec des proches éloignés, pour faire des démarches, des demandes de documents, des commandes diverses ou même pour faire leurs courses à distance.
    Cet écrivain public du 21ème siècle sera basé dans l’un des lieux culturels de Rambouillet, mais il devra aussi pouvoir se rendre à domicile ou dans les maisons de retraite pour toute personne ayant du mal à se déplacer. La municipalité se devant de montrer l’exemple, il sera à cette fin pourvu d’un vélo municipal.

- Une aide juridique gratuite sera également disponible une demi-journée par semaine pour les rambolitains, avec possibilité, notamment pour les personnes âgées, de rendez-vous à domicile, où les pièces nécessaires pour mieux exposer son cas sont la plupart du temps à portée de main.


- Une ville plus solidaire, c'est une ville qui recherche un meilleur partenariat au sein de sa Communauté de communes :
    La Communauté de Communes des Plaines et Forêts d’Yvelines (la C.CP.F.Y.), dont nous sommes la principale commune
(24 900 habitants sur 41 600) - bien que nos représentants soient minoritaires au sein de son Conseil (7 sur 34)  -, ne doit plus être considérée par notre municipalité comme un simple self-service de synergies.
    Notre avenir est de plus en plus indissociable de celui de la Communauté de communes. Il devient donc indispensable que tout projet important sur le territoire de Rambouillet, mais qui concerne l’ensemble du bassin de population et d’entreprises de la Communauté de communes, soit décidé en concertation et avec la solidarité de la Communauté de communes, contrairement aux décisions isolées de Gérard Larcher pour les opérations du Relays du Château, du golf de l’hippodrome et du Pôle culturel.


Enfin une ville plus solidaire, c’est une ville qui réactualise son regard vers le monde.

    Rambouillet étant une ville qui a une tradition de jumelage, il serait éducativement plus porteur que le prochain jumelage que la ville envisage, soit réalisé avec une ville d’un pays en voie de développement.
Cette ville serait choisie en concertation avec les écoliers des écoles élémentaires de Rambouillet.




UNE VILLE PLUS RESPONSABLE, C’EST :

- Une ville qui se sent réellement responsable de son environnement, et de la part qu’elle doit prendre dans la limitation des émissions de CO2, en développant une politique environnementale forte.
    Le réchauffement climatique, dont nous subissons les premières séquelles, est un problème à prendre à bras-le-corps. Si nous ne prenons pas nos responsabilités, nous savons que nos enfants auront à faire face à des problèmes environnementaux aux conséquences lourdes.
    A l’instar de ce que fait la Mairie de Paris (vélib’, illuminations de Noël en basse tension, multiplication des panneaux solaires), la commune de Rambouillet se doit de montrer l’exemple et de prendre concrètement sa  part à la limitation de nos émissions de CO2 en agissant sur tous les leviers pertinents.

- Avec la collaboration d’un cabinet spécialiste en énergie, la ville étudiera la recherche de toutes solutions d’économie d’énergie et de recours aux énergies renouvelables. Ces solutions devront réduire les factures énergétiques de la ville, ce qui est d'autant plus indispensable que le coût de l'énergie ne cesse d'augmenter.
    Si certains équipements économiques en énergie ont un coût initial élevé, leur durée d’amortissement est souvent courte et ils apportent en contrepartie un coût de fonctionnement avantageux pour la ville à brève échéance.

- Une étude systématique des opportunités de construction des nouveaux bâtiments selon la norme H.Q.E. (Haute Qualité Environnementale) sera mise en place, ou lors la réhabilitation des bâtiments publics.
    L’installation de pépinières de panneaux solaires sur les logements sociaux, au moins pour l’approvisionnement en eau chaude, sera envisagé. De même pour le pôle culturel.

- Les ampoules classiques « énergivores » seront progressivement remplacées par des ampoules basse tension dans les bâtiments communaux, pour l’éclairage public et pour les illuminations de Noël.

    - Le parc automobile de la ville de Rambouillet (près de 120 véhicules) est très insuffisamment doté de véhicules à pollution minimale. Nous nous engageons à l’achat de véhicules « propres » pour chaque renouvellement.
    Les conducteurs rambolitains seront encouragés, notamment par voie d'information auprès des auto-écoles pour les plus jeunes, à utiliser des méthodes de conduite économique, permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre sans augmenter la durée de leurs trajets, tout en économisant 5 à 10 % de carburant.
    Une bourse gratuite du co-voiturage sera proposée sur le site de la Mairie, notamment pour les trajets Rambouillet-lieu de travail en région parisienne et les départs en vacances.

    - Dans le domaine de l’utilisation des transports en commun plutôt que de sa voiture individuelle pour aller travailler, les rambolitains sont insuffisamment soutenus avec l’engorgement de la gare aux heures de pointe et son lot de trains bondés.
    Ce problème pourrait trouver une solution de long terme avec la création d’une voie S.N.C.F. supplémentaire reliant Versailles à Rambouillet. Mais tant que le « nœud ferroviaire » de Porchefontaine subsistera tel qu’il est, cette voie S.N.C.F. supplémentaire n’est pas envisageable.
    Nous nous appuierons sur l’augmentation de population à venir de Rambouillet et de ses environs, et sur la nouvelle logique des accords de Grenelle affichée par le gouvernement, pour exiger que soient enfin envisagés les gros travaux nécessaires à Porchefontaine.
    Il faudra également s’attaquer au problème du « rapprochement ferroviaire » de Rambouillet et de la Défense et ses environs, trajet qui nécessite près d’1 h 30 actuellement et incite bon nombre de rambolitains à pendre leur voiture.
    En ce qui concerne les carburants des cars, nous serons attentifs à la prochaine expérience de fabrication de biodiésel à Limay, dans les Yvelines, à partir des huiles usagées des cantines et restaurants et de colza (filière déjà utilisée en Allemagne, en Autriche et en Espagne).

- Afin d’inciter à un usage plus important du vélo dans l’agglomération, il y aura une implication plus forte de la ville dans le développement des aménagements cyclables et dans l’amélioration de la sécurité des cyclistes.
    Le réseau de pistes cyclables devra être renforcé pour devenir un réel maillage urbain, permettant de joindre entre eux les lieux les plus fréquentés de Rambouillet, dont les écoles. Il devra également permettre de joindre sans discontinuité les 2 parties de la Forêt de Rambouillet séparés par la ville et la N10.
    Des garages à vélos devront être rajoutés en ville et un garage à vélos sécurisé devra être installé à la gare.
    Une étude sera par ailleurs lancée pour savoir si l’installation d’un réseau Vélib’ en ville serait envisageable.

- Pour initier nos enfants aux circulations douces en ville, une interdiction de la circulation motorisée, le 1er dimanche de chaque mois dans l’après-midi, sera expérimentée rue De Gaulle, de la place Félix Faure à la Mairie. Les enfants, comme les adultes, pourront ainsi faire du vélo en famille dans un cadre urbain, en toute sécurité.     D’autres animations adéquates pourront s’y dérouler en parallèle, comme par exemple le gravage antivol gratuit des vélos.

- Une limitation des consommations de ressources naturelles (eau, papier…) sera recherchée.
    Par exemple, la mise en place d’un annuaire des rambolitains volontaires pour recevoir la majeure partie des envois de la Mairie, non plus sur papier mais par mail, sera étudiée (sans léser bien sûr ceux qui n’ont pas accès à internet ou ceux qui ne le désirent pas).
    Une réflexion sera engagée avec les jardiniers municipaux et les associations concernées, afin de rechercher les éventuelles possibilités de diminuer la consommation d’eau d’arrosage, de récupérer les eaux de pluie à cette fin, et afin d’envisager de réduire l’utilisation de pesticides, herbicides, engrais et autres produits de jardinage qui seraient source de pollution des sols.

- Un soutien aux A.M.A.P. (Associations pour le Maintien d’ une Agriculture Paysanne), dans la région de Rambouillet, aidera les consommateurs rambolitains attentifs à la recherche d’une alimentation la plus saine qui soit, à bénéficier de ces filières de productions agricoles et maraîchères courtes et de qualité, évitant les inconvénients des transports de notre nourriture sur des centaines de kilomètres et la consommation des fruits et légumes hors saison.

    - Enfin, il sera demandé à la Communauté de communes d’étudier si, sur son territoire, l’implantation de quelques éoliennes serait pertinente.

    - L’inscription des mesures environnementales, solidaires ou démocratiques de notre Projet dans le cadre d’un plan « Agenda 21 » (comme 21ème siècle), comme dans près de 150 communes en France dont Maurepas près de nous, sera débattu avec tous les partenaires, notamment économiques, afin d’étudier si cela permettrait un développement durable plus efficace pour Rambouillet et ses environs.



 
UN VILLE PLUS DYNAMIQUE, C’EST :




- Mieux soutenir le dynamisme associatif des rambolitains :
    En effet, l’animation de Rambouillet doit énormément à l’ensemble de ses associations, qui doivent faire face à problèmes administratifs, à des problèmes de locaux, d’infrastructures, de bénévolat…, et que la Mairie pourrait mieux aider en leur offrant :
    - une véritable Maison des Associations équipée en wi-fi avec bureaux suffisamment nombreux, salles de réunion, salle d’assemblée générale, bar associatif, secrétariat de simplification des tâches administratives, permanence assurée aux heures ouvrables, photocopieuse, etc…
    - un meilleur partenariat avec l’élection d’un comité représentatif de toutes les associations de la ville, qui serait l’interlocuteur direct de la municipalité
    - une fête annuelle des bénévoles de la ville pour marquer très ostensiblement la reconnaissance de la municipalité à tous les méritants qui, loin de l’individualisme, offrent une bonne partie de leur temps et de leurs efforts à leurs concitoyens, et grâce à qui la ville vit et vibre.


- Mieux soutenir le dynamisme culturel de Rambouillet :

    - C’est par exemple veiller à conserver le Nickelodéon au moment où s’ouvriront les 3 salles du Pôle culturel en centre-ville. En effet, s’il s’agit d’habiller culturellement le centre-ville pour déshabiller La Louvière, cela serait extrêmement dommageable à la vie de ce quartier.

    - C'est envisager, comme à Guyancourt, de mieux ouvrir la culture aux très nombreux rambolitains qui travaillent loin de la ville en semaine, en rentrant trop tard, en étudiant avec les personnels la possibilité et les modalités d’ouvertures de la médiathèque Florian le dimanche après-midi.

    - C’est aussi tout faire pour que ne s’opposent pas le développement culturel et le droit légitime de nos concitoyens au respect de leur cadre de vie dans un conflit prévisible.
En effet, les seules 59 places de parking prévues par le Maire pour le Pôle culturel de la place Thome, qui doit pouvoir accueillir jusqu’à 1 500 spectateurs certains soirs, est l’assurance d’une nuisance garantie pour tous les riverains du centre-ville. Car il faut savoir que la plupart de ces places seront déjà utilisées par les équipes artistiques, et que les heures auxquelles finissent les spectacles empêcheront nombre de spectateurs des environs d’utiliser le train.
Même en tenant compte des parkings de la Mairie à 400 mètres (déjà utilisés par les clients du « Relays du château », quand il n’y a pas interdiction de stationner les veilles de marché), ce sont des dizaines et des dizaines de véhicules qui tourneront longtemps dans les quartiers alentours, avec leur lot de pollution et de blocage du trafic, et qui finiront par se garer à la va-vite là, comme ils peuvent, pour ne pas rater le début des spectacles. Un grand nombre de stationnements gênants pour les habitants du centre-ville au sens large semble dès lors inévitable. Nous devrons donc envisager, pour éviter cela, la création d’un parking de masse à la périphérie de la ville, avec navettes gratuites aller-retour jusqu’au Pôle culturel (parking qui pourra également servir aux mêmes fins pour d’autres manifestations).


- Mieux soutenir le dynamisme sportif des rambolitains :
    - en rénovant tous les vestiaires vétustes sans attendre
    - en faisant le maximum auprès de la communauté de communes pour obtenir la couverture amovible du bassin d’été
de la piscine, afin qu’il puisse servir l’hiver pour faire face à l’afflux des nageurs
       - en créant un grand centre sportif supplémentaire, autour d’un nouveau gymnase et d’un nouveau stade adaptés au handisport, en liaison directe avec la forêt, en sachant ainsi exploiter au mieux ce qui fait la spécificité du site de Rambouillet, afin d’en faire également en synergie une base de départ des sports forestiers : V.T.T, cross-country, course d’orientation, équitation, accrobranche… quitte à avoir l’ambition d’inventer de nouvelles compétitions combinées, qui ne pourraient se pratiquer qu’à Rambouillet même, ajoutant alors au projet un intérêt touristique évident pouvant être financièrement parrainé.


- Mieux soutenir le dynamisme festif de la ville :
    En modernisant par exemple l’élection désuète de notre traditionnelle Reine du Muguet. Les candidates seraient présentées à tous les rambolitains par le biais de petits clips sympathiques sur le site de la Mairie, avec une brève interview.
Elles devraient par ailleurs ne plus être uniquement des « ambassadrices de charme », comme c’est le cas actuellement, mais elles devraient également être ambassadrices d’un projet à finalité culturelle, sociale, humanitaire, écologique… qu’elles choisiraient parmi les propositions que leur avancerait le Conseil municipal des jeunes.
Ceux qui souhaiteraient voter le feraient donc directement sur le site ou par courrier, et ce serait non seulement une Reine qui serait élue, mais également un projet constructif, sachant que le projet recevrait alors un soutien de la municipalité.





 
NOTRE PROJET POUR 2008-2014,

C’EST AUSSI :





- DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DES SERVICES PUBLICS LOCAUX :

    Le dernier mandat de Gérard Larcher a connu une gestion des services publics déplorable :

- C’est la découverte de l’affaire du SICTOM et du SYMIRIS avec au moins 25 millions d’euros « perdus » sous la gestion d’un Maire-Adjoint à qui Gérard Larcher a pourtant maintenu sa confiance pendant plus de 6 ans à ses côtés.
(Rapport de la Chambre régionale des comptes correspondant consultable : www.ccomptes.fr/CRC13/documents/ROD/IFR200679.pdf )

- C’est le prix de l’eau à Rambouillet qui, notamment suite à une augmentation par la municipalité de 72 % des parts communales et « intercommunale S.I.R.R. » de notre facture en 2005, se situe à 1, 24 euros le mètre cube au-dessus de la moyenne nationale, soit 42, 5 % de plus.

- C’est le S.I.R.R. (Syndicat Intercommunal de la Région de Rambouillet), dont la ville de Rambouillet est le principal adhérent, qui essaye à grand peine de chiffrer le montant exact de son déficit, qui peut être de plusieurs millions d’euros, et que les contribuables rambolitains auront également à éponger. On est en droit de craindre le pire puisque Gérard Larcher avait fait nommer le même Maire-adjoint à sa présidence.

- C’est l’Hôpital, dont le Maire de Rambouillet est Président du Conseil d’administration, épinglé par la Chambre régionale des comptes pour la période 2001 à 2006 pour son « déficit masqué », pour ses dettes ayant augmenté de 307 % en passant de 13 à 52,5 millions d’euros et ses intérêts d’emprunt de 451 %, pour ses « nombreuses irrégularités » dans la gestion des ressources humaines et pour ses durées d’amortissement de matériel de sécurité ou d’ambulances allant bien au-delà des maximum recommandés ou même autorisés.
(Rapport de la Chambre régionale des comptes correspondant consultable : www.ccomptes.fr/CRC13/documents/ROD/IFR200715.pdf )

C’est pourquoi, suite à cette accumulation de graves dysfonctionnements dont vous payez directement les conséquences par une baisse notoire de votre pouvoir d’achat à Rambouillet, accumulation qui démontre de façon éclatante que les contrôles existants sont  insuffisants pour vous protéger, nous nous engageons à mettre en place dès le mois de mars prochain, un Comité de contrôle des services publics locaux, Comité qui comprendra notamment des spécialistes de la défense des usagers.



- DANS LE DOMAINE DU BUDGET ET DE LA FISCALITÉ :

     Le quatrième mandat de Gérard Larcher qui s’achève aura vu la part municipale de nos impôts locaux augmenter d’un niveau largement supérieur à celui de l’inflation (autour de 30 % en moyenne pour une inflation de seulement 13 %), ce à quoi s’ajoute l’augmentation de 110 % de notre taxe d’enlèvement des ordures ménagères (pour un service moindre qu'auparavant !) et le déficit annoncé du S.I.R.R. que nous aurons prochainement à éponger.

Nous n’avons donc aucune leçon de vertu ou de rigueur à recevoir de la municipalité actuelle à ce sujet. La ferme volonté d’une maîtrise budgétaire efficace, pour les 6 ans à venir, est pour nous essentielle et fondamentale, tout comme l’exigence d’une fiscalité la plus équilibrée qui s'écarte le moins possible du taux de l'inflation.

Pour ne prendre que l’exemple des 3 dernières années, les taux d’imposition de la commune ont nettement plus augmenté que l’inflation :
undefined
Comme vous pouvez donc le vérifier sur vos avis d’imposition, la fiscalité locale version Gérard Larcher s’attaque d’année en année à notre pouvoir d’achat, d’autant qu’elle est parfois masquée (augmentation du prix de l’eau due à la municipalité et pas au prestataire de service).

Mais malgré ce poids très important de l’imposition municipale au cours de ce dernier mandat de Gérard Larcher, tous les rambolitains peuvent se poser la question : de quoi bénéficions-nous de plus à Rambouillet par rapport aux autres villes de même importance ?...

C’est pourquoi une fois élus, nous demanderons d’entrée la réalisation d’un audit des finances de la commune. En effet, la vérification des fondations nous semble un préalable indispensable, avant de pouvoir mettre en place notre Projet de la façon la plus efficace et la moins coûteuse qui soit.


- POUR L'EMPLOI :
    Il ne faut pas se voiler la face parce qu’on nous annonce que Rambouillet connaît un chômage de 3 points inférieur à la moyenne nationale. Car ce chiffre intéressant ne reste qu’un élément comptable :
- tant qu’on ne le met pas en perspective avec le nombre de chômeurs qui ont dû quitter une ville devenue trop chère pour eux,
- et tant qu’on ne le met pas en perspective avec le nombre de rambolitains qui doivent perdre 2 à 3 heures par jour dans les transports, pour pouvoir travailler, et qui préfèreraient travailler à Rambouillet.
Le soutien à la création et au maintien des emplois pour les habitants de Rambouillet doit être un élément prioritaire de la politique de la ville.
Nous serons particulièrement attentifs à cet aspect des choses, dans l’accompagnement de la mise en place de la zone d’activités de « Bel air - La forêt » dans les toutes prochaines années.
Cependant, nous ne sommes pas dupes sur le côté repoussoir de la fiscalité locale, qui peut dissuader des entreprises de venir s’y installer. En effet, la redevance spéciale d’enlèvement des déchets des entreprises a elle aussi augmenté suite aux choix de Gérard Larcher : de 116 % en moyenne entre 2001 et 2006.


- POUR LES ÉCOLES :
    Trop de parents ont le sentiment que nombre de travaux dans les écoles sont réalisés à la limite de l’usure, et parfois à la limite de la sécurité. Ils ont le sentiment qu’on attend trop longtemps avant d’intervenir sur ce qui commence à devenir défectueux. Ils ressentent un manque de vision à long terme dans l’entretien du patrimoine scolaire de la commune.
    Une anticipation rigoureuse de l’usure des éléments de tous les bâtiments scolaires sur le long terme devra être menée. Des visites contradictoires avec les parents délégués, les enseignants, les services techniques et les élus en charge, auront lieu dans chaque école dans un premier temps.
    Il en sera tiré un véritable Plan Prévisionnel d’Investissement pour les 6 ans à venir, avec chaque année, pour ce qui est travaux non indispensables de confort et d’embellissement, une priorité donnée à 3 des 17 écoles de Rambouillet, chacune à leur tour sur l’ensemble du mandat municipal.

    De plus, un système de « guichet unique » sera recherché pour toutes les dépenses que les parents ont à régler pour leurs enfants : cantines, garderies, centres de loisirs, C.L.A.E…. ainsi qu’une mise en commun pour tous ces services du fichier des quotients familiaux, afin de supprimer les démarches qui doublonnent inutilement, notamment pour les nombreux parents absents de Rambouillet aux heures de bureau.

    La possibilité de servir des repas bio dans les cantines sera étudiée avec tous les partenaires concernés.

    La question de la création de « Zones 30 » devant les écoles, plus sécurisées, sera débattue dans tous les Conseils d’école et dans les Conseils de quartier correspondants.

    Et bien sûr, la disparition des préfabriqués vétustes pour les enfants de Rambouillet sera l’une de nos préoccupations majeures.


- POUR LA SÉCURITÉ :
    Lorsque l’état de droit est menacé, notre police se doit d’être forte et réactive. Mais par sa proximité avec la population, sa fonction pédagogique est aussi importante à la base que sa fonction répressive. La prévention de la délinquance doit bénéficier d’un fort soutien et de dispositifs d’appui pour pouvoir être efficace; un nombre suffisant d’éducateurs en est un élément significatif.


- POUR LES PERSONNES ÂGÉES :
    Outre les services d’aide juridique et d’écrivain public « moderne » à domicile, un élément fondamental de notre politique sociale sera d’œuvrer pour que toute personne âgée, qui ne peut plus vivre sans aide, puisse avoir le libre choix entre son entrée en établissement ou un maintien à son domicile.

- COMMERCE :
    Le commerce indépendant apporte une proximité et une vie indéniable à un centre-ville qui, sans lui, serait bien peu animé, notamment dans les journées de semaine où une très grande part de la population rambolitaine travaille loin de la ville.
    Il doit donc être soutenu par la ville, qui ne doit pas hésiter à utiliser le tout nouveau droit de préemption des baux commerciaux afin de préserver son indispensable variété.

- NATIONALE 10 :
    Il sera essentiel de faire le maximum pour que Rambouillet ne soit pas « coupée en deux » lors du passage de la N10 à 2x2 voies. La fluidité de communication entre ces deux parties de la ville ne devra en rien être restreinte.
    Entre autre, nous exigerons par exemple, la réalisation du passage souterrain de circulation douce pour aller à l’étang d’or, dont la Mairie nous parle depuis plus de 12 ans.

- AGRICULTURE :
    Les espaces agricoles sont bien présents dans notre Communauté de communes. Pourtant, le rapport à la terre de nos enfants de ville est la plupart du temps extrêmement ténu, lointain. Afin de mieux leur faire saisir l’importance de l’agriculture, dans l’histoire de leurs ancêtres comme dans leur présent et dans l’avenir de la planète, il serait judicieux de profiter de cette proximité, que peut offrir une ville comme la nôtre, pour organiser des échanges directs entre eux-mêmes et nos agriculteurs.


- JUSTICE :

    Enfin, si nous sommes élus pour diriger la municipalité, nous nous engageons à faire réellement pression aussitôt, par tout moyen autorisé, auprès de la Justice afin que l’affaire du SICTOM/SYMIRIS et ses origines, où tous les rambolitains ont été floués, soit enfin jugée dans des délais « raisonnables ». Cela dans l’espoir que vous puissiez être un jour dédommagés du préjudice que vous avez subi en remboursant, par l’augmentation imposée de 110 % de votre taxe d’enlèvement des ordures ménagères, les millions d’euros « perdus » dans une gestion déléguée par la municipalité actuelle à l’un des siens.




CE PROJET EST DESTINÉ À ÊTRE ENRICHI PAR NOS CONTACTS


AVEC LES RAMBOLITAINS, LEURS ASSOCIATIONS,


ET NOTAMMENT PAR TOUS CEUX QUI NOUS REJOINDRONS.






Contact par mail :

rambouillet.renouveau@hotmail.fr


Ce Projet pour Rambouillet 2008-2014 est soutenu par le Parti Socialiste, les Verts, le Mouvement Républicain et Citoyen, le Parti Radical de Gauche,  par les Amis d’Anticor de Rambouillet (mouvement anti-corruption en politique réunissant des élus de gauche comme de droite) et par de nombreux rambolitains de progrès qui pensent qu’après un quart de siècle avec le même homme à la tête de la municipalité, le temps du renouveau démocratique est arrivé pour Rambouillet !
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BERTRAND BOUYET 27/01/2008 12:41

EN REPONSE A ALAIN : Le logo que nous affichons en première page n'est pas celui d'un parti, mais bien celui de notre liste et de notre Projet municipal. 60 % des membres de notre liste sont des citoyens de Rambouillet n'appartenant à aucun parti, directement motivés par notre programme. Mais il ne nous semblerait pas honnête ni transparent de préciser, à tous les citoyens, quelles sont les familles politiques d'origine des autres 40 % de membres de notre liste, d'autant que nous pensons que militer au sein d'un parti politique est une démarche tout à fait citoyenne.
Concernant les projets pour les jeunes, nous pensons que les jeunes sont des citoyens comme les autres, et nous avons souhaité éviter de "catégoriser" les différentes parties de la population de Rambouillet dans ce que nous proposons, hormis pour l'accessiblité qui est un domaine particulier. Le contraire peut parfois s'apparenter à du clientélisme.
En effet, toutes les mesures pour plus de démocratie à Rambouillet les concernent directement, pour que les jeunes majeurs aient plus de poids dans les décisions concernant leur quartier. Beaucoup des mesures de solidarité que nous proposons les concernent également (aide à la caution, aux associations, aux logements intermédiaires, le Conseil municipal des jeunes, l'initiation et le soutien marqué aux circulations douces, plus d'ouverture de la médiathèque, le nouveau projet sportif, une meilleure proximité de la Mairie dans les quartiers...). Et l'aide au permis de conduire en échange de travaux d'intérêt communal, un peu comme le pratique R.A.J. pour l'aide aux vacances, est effectivement une chose que nous comptons bien mettre en place et que nous étudions actuellement, à la suite d'une récente suggestion d'un sympathisant.
Merci de votre contribution !

Alain 27/01/2008 12:09

Bonjour,
Je sais bien que l'on ne peut pas tout faire, et pas tout de suite. Mais on peut afficher des intentions, en disant bien qu'il y aura des priorités. Mais afficher une volonté d'actions concrètes, "aux ras des pâquerettes", montrerait le soucis de l'on a de la vie quotidienne.

En voici quelques unes que j'ai parfois entendues exprimées au fil de mes discutions .

1) Bus : faire baisser le prix du billet.

2) Places de parking en surface : que l'on paye au temps réellement utilisé après avoir garé (comme au parking du sous sol de la gare) et non pas avant.

3) Tenter d'attirer à Rambouillet plus de médecins généralistes en leur procurant des conditions de travail un peu privilégiées, à la condition sine qua non de prendre un tour de garde le soir, week-end et jour fériés pour désengorger les urgences de la « bobologie ».

4) Il me semble très utile de prévoir l'installation un peu partout dans Rambouillet (par exemple dans les maisons de quartier, mais pas seulement) des aires de jeux ( en partie couvertes) pour les enfants ( balançoires, trampoline, corde à noeuds, bac à sable ...) et pour les plus âgés des endroits sécurisés pour faire du roller ou de la planche à roulettes ...
Ainsi cela rendrait la ville plus attractive pour les familles, éviterait l'ennui cause de quelques actions de délinquance.

kanelle 27/01/2008 09:39

Bonjour, j'ai lu votre programme, il est vraiment pas mal, j'ai l'impression que les choses vont changer cette année en tout cas je l'espère. Je ne sais pas si les eoliennes vont faire plaisir à tout le monde mais les panneaux solaire alors ça M.Larcher aurait du y penser! Bon courage!

Alain 26/01/2008 11:16

Bonjour,
Bien sûr j'approuve ce projet. mais, ai-je mal cherché ?, je n'ai rien trouvé pour les jeunes ou les sans-emploi( aide au permis de conduire par exemple), pour les étudiants (logements).

Ce que dit Pascal sur l' affichage de la couleur politique (inutile au niveau local) , ne me semble pas être incompatible avec la réponse faite. Ce qui peut être gênant, c'est que la 1ere page, en gros et en couleurs du site soit cet affichage politique. Qu'il faille des militants , c'est indispensable. Sont-ils pour autant obligés de s'engager en tant que militant de tel ou tel parti ? On peut s'engager comme militant du projet. Je pense que la 1ere page du projet est complètement à revoir.

Espoir ...

Bertrand Bouyet 17/01/2008 17:49

EN REPONSE A PASCAL : Notre liste RAMBOUILLET RENOUVEAU sera constituée pour moitié de personnes n'appartenant à aucun parti politique. Mais à Rambouillet, pour se présenter, il faut une liste de 35 personnes et les adhérents aux partis politiques ou mouvements sont toujours dans les citoyens les plus motivés. Ils permettent donc en se regroupant de constituer le noyau d'une liste que d'autres peuvent ensuite rejoindre, ce qui n'est pas évident autrement. Ce qui est le plus fondamental, c'est effectivement le Projet que l'on propose pour la ville, comme on peut le consulter pour nous-même sur ce blog. Enfin pour la compétence des uns ou des autres pour le poste de Maire, cela dépend bien sûr de la personne elle-même (et pas seulement des apparences...), qu'elle appartienne ou pas à un parti.