Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAMBOUILLET RENOUVEAU

Le blog des élus de la liste "Rambouillet Renouveau". Directeur de la publication : Jean-Luc Trotignon, Président du groupe d'élus au Conseil municipal, Conseiller municipal et Conseiller de la Communauté d'agglomération "Rambouillet Territoires"

Election de Marc Robert à la Présidence de la nouvelle Communauté d'agglomération

Le Maire de Rambouillet a été élu largement au 1er tour Président de la nouvelle Communauté d'agglomération Rambouillet Territoires jeudi soir. De même, tous les Vice-Présidents qu'il a proposés ont été élus dans un fauteuil au 1er tour, tout était bien verrouillé en amont (seul Jean-Claude Husson, le Maire de Saint-Arnoult a finalement été écarté, voir l'article en lien ci-dessous qui rapporte la séance de ces élections). Très étonnant : pas un élu de la 2ème ville de l'agglomération dans les 14 Vice-Présidents de Marc Robert (Le Perray-en-Yvelines), ni même de l'ancienne ville-centre d'une des deux anciennes communautés qui siègent désormais à Rambouillet Territoires (Ablis). Marc Robert n'a donné aucune explication pour cette mise à l'écart incongrue. Mais les deux Maires correspondants ont moyennement protesté en se contentant de ne pas participer aux votes, offrant ainsi une voie royale à Marc Robert et ses Vice-Présidents.

Article de l'Echo Républicain

Vous trouverez également ci-dessous le discours de candidature du Président de Rambouillet Renouveau qui, malgré un accueil sympathique auprès de nombreux élus et une écoute attentive, n'a recueilli que... deux voix ! (3 pour l'autre Conseiller municipal de Rambouillet qui se présentait également : David Jutier - EELV)

 

            Mesdames, Messieurs,
            Chers collègues,
 
            Malgré les décalages de date pour cette 1ère réunion de notre nouvelle Communauté d’agglomération, il est encore temps de vous souhaiter bonne année à tous, ainsi qu’à vos équipes municipales. Je souhaite également la bienvenue à tous les élus des 11 communes qui siègent ici pour la première fois.
 
            Beaucoup le savent, je me suis publiquement opposé à la façon dont l’élection à la Présidence de notre nouvelle Communauté d’agglomération, la CART, se préparait.
            Au Conseil communautaire de septembre dernier - comme il l’a répété par ailleurs plusieurs fois ensuite -, l’ancien Président nous annonçait officiellement qu’il serait candidat à sa succession au mois de janvier, pour rester Président au moins jusqu’aux résultats des élections législatives de juin où il se présentera. En raison du travail accompli à ce poste depuis 2009 - que je salue pour sa majeure partie, Monsieur Poisson -, sa légitimité permettait d’envisager sans souci une ré-élection confortable. Mais surprise, il nous annonce en séance le 12 décembre qu’il renonce à se présenter, en publiant quelques heures plus tard un communiqué de soutien à l’un de ses Vice-Présidents pour lui succéder lors de l’élection prévue alors le 9 janvier, Vice-Président qui ne s’est même pas déclaré lui-même le premier face à ses concitoyens.
            La succession étant donc finalement ouverte 4 semaines plus tard (avec les vacances de Noël au milieu), aucun autre candidat que ce Vice-Président, initié depuis un moment, n’avait le temps de se préparer sérieusement pour l’élection à la Présidence de la nouvelle CART. Tout était donc en place pour que se déroule ici-même le 9 janvier une mono-élection, une « intronisation communautaire », à la suite d’arrangements entre amis à l’insu de nos concitoyens, en vue de maîtriser la succession. C’est oublier un peu vite que nous avons tous été élus pour la 1ère fois en 2014 dans les assemblées intercommunales directement par les citoyens, et que nous avons donc des comptes à rendre à nos électeurs, en toute transparence. Ces manœuvres de coulisse ne font pas honneur à notre démocratie. Et dans notre République, je refuse de m’y conformer.
            Ne voyant poindre aucune autre candidature, j’ai donc joint le geste à la parole, et j’ai fini par déclarer publiquement, à une douzaine de jours du scrutin prévu le 9 janvier, ma candidature à la Présidence de notre Communauté d’agglomération.
 
            J’ai ensuite appris que Monsieur Jutier annonçait également sa candidature mais, ne pouvant y adhérer pour diverses raisons, j’ai maintenu la mienne. Notamment, le nouveau Président de la CART aura la mission de faire respecter un certain nombre de lois et règlements à nos concitoyens. Et il m’apparaît très difficile d’y arriver quand on donne soi-même l’exemple contraire, en soutenant ostensiblement des actions ne respectant pas la loi, d’occupation et d’utilisation d’espace public, comme c’est le cas sur l’emplacement prévu actuellement pour le Village automobile de la ZAC du Bel Air-La Forêt. Une association ou un citoyen peuvent faire ce qu’ils veulent à leurs risques et périls mais, pour moi, un élu se doit d’être exemplaire pour ce qui est du respect des lois.
 
            Je ne trouve pas très exemplaire non plus le fait que Monsieur Robert ait utilisé, dans sa campagne pour cette Présidence, le service public de la Mairie de Rambouillet - personne morale -, c’est-à-dire l’argent public, en mobilisant le Directeur de cabinet payé par la ville et les moyens de communication de la Mairie, rompant ainsi l’équité républicaine avec les autres candidats.
 
----------------------------
 
            Je vous propose donc de m’élire ce soir Président de notre nouvelle Communauté d’agglomération.
 
            A mes yeux, l’enjeu principal pendant les 3 années qui sont devant nous jusqu’à la fin du mandat est la réussite de la fusion de nos 3 communautés. Et pour cela, il faut considérer que ce n’est pas uniquement la CCE et la CAPY qui rejoignent Rambouillet Territoires, comme je l’entends régulièrement dire, mais que c’est aussi Rambouillet Territoires qui rejoint la CCE et la CAPY. Non, il n’y a pas d’absorption : nous nous rejoignons tous les uns les autres et l’ancien Rambouillet Territoires doit le faire sans sentiment de supériorité pour que cela puisse réussir. La ville de Rambouillet – dont je suis élu -, déjà bien pourvue par la CART, doit également savoir garder une certaine humilité pour que cette fusion aboutisse constructivement pour tous.
Et pour partir du meilleur pied dans cette nouvelle union – forcée pour certains -, il me paraît indispensable de faire à nouveau officiellement valider par notre assemblée le projet de territoire de la CART, voté en 2012 et nous engageant tous à l’horizon 2030, ne serait-ce que par respect pour les 11 nouvelles communes entrantes, qui pourront ainsi proposer de l’amender si elles le souhaitent. J’ai la conviction que ces regards neufs, ainsi que l’expérience des dernières années pour les autres, pourront amener un recul profitable à tous.
 
            Parallèlement, un autre enjeu fondamental sur ces 3 ans de mandat est la « digestion » de la loi NOTRe et des nouvelles compétences qu’elle nous apporte ; c’est un vaste chantier.
 
            D’après la mission d’études du cabinet conseil mandaté par la CART mi-2016, nous savons que les choix proposés et retenus par l’équipe précédente nous mènent à une augmentation de 8 % des impôts de nos contribuables intercommunaux en 2018 comme en 2019, si l’on souhaite conserver des finances saines, au niveau de notre épargne nette et de notre capacité de désendettement. Or nos contribuables viennent d’être déjà pressurisés de façon inacceptable par notre Conseil départemental et son Président, et nous devons éviter de leur rajouter des augmentations de ce niveau-là. Qui plus est, de telles augmentations d’impôt diminuent l’attrait d’une installation sur notre territoire pour les entreprises dont nous avons besoin.
Il y a donc des choix à faire tous ensemble, sans tabou, à condition bien sûr que la remise en cause de certaines décisions ne vienne pas alourdir notre budget. A titre d’exemple, les choix de prestige doivent être à mon sens écartés. Tout investissement doit être désormais étudié sous le prisme de l’utilité directe pour nos concitoyens.
 
Ainsi, concernant le bâtiment prévu à Rambouillet pour le nécessaire nouveau siège de la CART, acheté 2 M€ en début de mandat avec une prévision de base de travaux de plus de 3 M€, et qui ne sert quasiment à rien depuis : sa revente doit être étudiée au plus vite pour installer ce siège à moindre coût, dans une commune restant centrale pour tous, sans doute limitrophe de Rambouillet.
De même, quelle est la vocation particulière de Rambouillet Territoires à se mobiliser pour permettre des recherches sur le développement des voitures sans chauffeur ? Quelle est actuellement l’utilité de cette démarche pour nos habitants ? D’autant qu’un lointain bénéfice économique pour la CART n’est en rien garanti.
 
Ce prisme de l’utilité directe pour nos habitants favorise bien sûr la poursuite de l’offre de services publics que nous pouvons leur proposer… en n’hésitant pas à avoir de l’imagination. Qui plus est, ce choix est indissociablement lié à notre développement économique, car les entreprises qui hésitent à s’installer sur notre territoire ont souvent un œil attentif sur les services et les infrastructures que pourront trouver sur place leurs employés.
 
Aussi bien au service de nos habitants que des entreprises, le développement de la couverture numérique de notre territoire doit être soutenu avec une réelle conviction par la CART.
 
Je ne souhaite pas être trop long en ce début d’une soirée qui risque d’être longue pour vous et je ne m’étendrai donc pas sur tous les sujets, mais ceux qui ont lu le document, que je suis venu remettre dans chaque Mairie, savent l’importance que j’attache à l’amélioration de notre fonctionnement démocratique, avec notamment une meilleure écoute des élus n’appartenant ni au Bureau ni aux Vice-Présidents. Sont également prioritaires à mon sens :
- le domaine difficile de nos transports
- celui de notre ambition environnementale
- de notre développement touristique
- de l’harmonisation de nos politiques culturelles
- et, bien sûr, de la recherche de mutualisation entre la CART et ses communes et entre les différentes communes elles-mêmes-
- sans oublier la problématique des différentes aires d’accueil des gens du voyage.
 
Quelques mots sur le fonctionnement de la gouvernance de la CART que je vous propose :
 
 C’est tout d’abord un passage de 9 à 14 Vice-Présidences, en raison de l’augmentation du nombre de nos communes et de l’augmentation du nombre de nos compétences. Le Bureau que je proposerai serait composé de moi-même et des 36 Maires de la CART, ou de leur représentant pour les communes à délégué unique. Les commissions seraient redéfinies sur la base de celles qui existent et des suggestions des élus qui souhaiteraient en faire. Elles seraient ouvertes à des conseillers municipaux de nos communes qui ne sont pas membres de notre assemblée et leurs compte-rendus seraient adressés à l’ensemble des élus de la CART, qu’ils soient membres ou pas de ces commissions, à l’exception des commissions devant respecter la confidentialité.
Notamment au vu de l’importance de la superficie de notre nouveau territoire, avec les frais de transport que cela implique s’ajoutant toujours à des frais téléphoniques, informatiques ou d’impression de documents, il m’apparaît juste que les 52 élus ne faisant pas partie des Vice-Présidents touchent une indemnité forfaitaire de 100 € bruts par mois, ce que nous permet notre enveloppe indemnitaire sans souci.
 
Les Vice-Présidentes et les Vice-Présidents seront élus, sans discussion préalable à l’insu des citoyens pour faire en sorte qu’il n’y ait qu’un seul candidat par poste, comme cela s’est passé en 2014. Et je travaillerai au coude-à-coude, sans aucune retenue avec chaque Vice-Présidente ou Vice-Président que vous élirez, dans l’intérêt de l’ensemble de nos communes. Et c’est avec cette équipe, collégialement, que seront attribuées les délégations - une par Vice-Président -, avec mon arbitrage si besoin était, sur la base de celles existantes avec quelques redéfinitions et, parmi les nouvelles délégations :
- une délégation aux nouvelles compétences liées à l’eau
- une délégation à la couverture numérique
- une délégation aux mutualisations
- une délégation au personnel de la CART
- une délégation à la mise en place de l’open data puisque nous en avons l’obligation, avec plus de 50 agents
- une délégation à la coordination avec les élus n’appartenant pas au Bureau ni aux Vice-Présidents
- une délégation à l’étude du fonctionnement des intercommunalités comparables en France pour rechercher des voies d’amélioration du nôtre.
 
--------------------------
 
En conclusion, je souhaite être un Président qui soit principalement à votre écoute, mieux en phase avec les besoins des habitants de l’ensemble de nos communes, et en permanence soucieux de la réussite de notre union, dans une nécessaire rigueur budgétaire.
 
Pour ce faire, élu indépendant de la minorité constructive de Rambouillet, disposant de plus de recul que le Maire de notre ville-centre pour un meilleur équilibre entre nos 36 communes, et ne cumulant moi-même avec aucune autre fonction exécutive, je m’engage à me rendre professionnellement entièrement disponible pour travailler avec détermination au service de notre Communauté d’Agglomération 5 jours pleins par semaine, ce qui me paraît le minimum lorsque l’on a l’honneur d’avoir la responsabilité d’une Communauté de près de 80 000 habitants de notre Sud-Yvelines et de son territoire à préserver !
 
Je vous remercie de votre attention.
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article